Rendre la culture française accessible à tous

La France a depuis longtemps ce gout pour la culture élitiste et exclusive et ce n’est pas mai 68 qui a changé ceci. La France est friande des vestiges du passé, de la rigidité de la langue française, des reliques et anecdotes passéistes et lointaines ou des livres compliqués que plus personne ne lit. Il ne s’agit pas de renier l’histoire de la France mais tout simplement de la rendre accessible pour tous. Si les élèves français font de nombreuses fautes d’orthographes c’est tout simplement que les codes ont changés et que les mammouths de l’académie française ne se sont pas mis à la page. En comparaison avec nos amis anglo-saxons nous avons peu de nouveaux mots qui entrent dans le dictionnaire français. Dans ces conditions il est très difficile d’accueillir les nouveaux arrivants, car étant rapidement rebutés par la complexité de la culture française un repli communautaire se forme chez la population étrangère. Pour s’approprier une langue la population doit pouvoir être capable d’avoir un pouvoir dessus c’est pour cela qu’il est nécessaire de laisser l’apport de nouveaux types d’expression et de mots. L’hexagone doit faire un effort d’adaptation pour être en phase d’accord avec son époque. La grammaire française doit évoluer avec son époque si on veut que des individus venant d’ailleurs puissent la maitriser, on ne doit pas être contre l’apport de nouveaux mots, c’est ce qui fait la richesse d’une langue lorsque que celle-ci évolue avec son temps.
Sous prétexte que l’histoire de France est riche, la France ne cesse continuellement de regarder derrière elle les vestiges d’un temps passé, la nostalgie (parfois douteuses) empêche le pays d’avancer et de découvrir de nouveaux horizons.
Pourquoi la France continue à s’attacher à ces noms de rue dont personne ne connait l’historique des personnages évoqués, il faut mettre des personnages communs a tous, il faut des noms et des sonorités qui parlent aux plus grands nombres, pas seulement aux bibliothécaires ou académiciens. Le but est de rassembler les citoyens autour d’un roman commun et d’éviter la division ou l’exclusion. C’est pour cela qu’il faudrait également en finir avec des choses obsolètes comme le calendrier grégorien et adopter un calendrier neutre comme ce que l’Europe avait auparavant commencer à ébaucher. La moitié des noms utilisés chaque jour de la semaine ne sont plus donnés aux nouvelles naissances, on recense davantage de petit Nolan que de Jean-Pierre. Dans la république laïque les jours de fêtes chrétiennes ne participent pas à la cohésion sociale. Si on devait faire un recensement pour savoir combien de personnes comprennent ce que chaque fête signifie il est évident que l’on obtiendrait des scores plutôt bas, ceci serait d’ailleurs la preuve de l’obsolescence de ces fêtes avec l’époque. D’ailleurs les églises et les cathédrales coutent très chers aux contribuables alors que celle-ci sont désertés par les fidèles, les lieux devraient être mis a disposition de l’Etat pour en faire des lieux éducatifs, de rencontres et d’échanges. Il est important de mettre en avant les héros communs de la nation française, le jour ou la statue de Jeanne D’Arc sera remplacée par celle d’Abd El Kader la France aura compris l’importance de la diversité du pays.

La formidable aventure métisse du Brésil

Les pays métisses réussissent le mieux c’est une évidence ! Il suffit de se tourner vers la fabuleuse ascension économique du Brésil ! Depuis quelques temps déjà le pays affiche de véritables performances commerciales avec ses différents partenaires, que ce soit dans l’agriculture, le tourisme, l’innovation le Brésil fait partie de ces pays émergeants qui attirent le regard des investisseurs du monde entier ! Cette force vient du fait que le pays est divers ethniquement, cela provient de l’héritage du colonialisme et de l’esclavage. La culture lusophone, africaine, et des indigènes indiens a crée ce que le Brésil est aujourd’hui, et malgré les quelques disparités qui subsistent encore aujourd’hui au sein de la population brésilienne, le pays se porte bien et assume son passé pour le transformer en énergie positive. La France devrait prendre exemple sur le cas brésilien, car l’hexagone possède le potentiel pour suivre le même chemin.
On devrait déjà commencer par renouveler la politique par des idées neuves. Si personne ne regarde les débats de l’Assemblée Nationale c’est tout simplement parce que les individus qui constituent cette assemblée ne représentent plus la diversité française, c’est un contraste effarant si l’on met en opposition les milles et une couleurs qui parfument les rues françaises avec le bloc monolithique uniforme de cette assemblée. Les momies du gouvernement ne sont plus au courant de l’avancée du monde. Il est temps qu’un Obama français puisse enfin émerger et mener le pays dans un dynamisme nouveau. Un parti politique métis est une nécessité pour la France pour retrouver une place légitime sur la scène internationale. L’intérêt d’ouvrir davantage les frontières aux autres pays prend ici un sens particulier qui participe au grand mouvement démographique de la France et a ses performances en matières de natalité, c’est un point important puisque en Europe la France fait partie des pays qui possède le taux de naissance le plus important. Les détracteurs qui adhèrent aux thèses extrémistes aiment évoquer le remplacement d’une prétendue population de souche par une population allogène, alors qu’il s’agit simplement avant tout d’être compétitif et d’assurer un avenir meilleur pour la France.

Le retour des bandes extremistes

On pensait les avoir chassés de l’hexagone pour toujours mais les milices extremistes dormante se sont réveillés. La seule solution pour combattre ces dangereux groupes est unique et simple: la dissolution. Pour le bien de la démocratie et du bonheur commun il faut dissoudre ces groupes qui ne font que creer des mauvaises germes dans la tete des jeunes. Ce jeune militant qui est mort à cause la violence de ces groupes d’extrême est bien évidemment le  » mort de trop ».

Devoir de mémoire universel

Plus de 570 000 juifs vivent sur le sol français, la plus grande communauté juive d’Europe vit sur le territoire de Marianne. C’est une véritable fierté, sachant que notre pays est le troisième pays mondiale derrière Israël et les Etats unis à avoir en son sein la plus importante communauté. Malgré les ignobles persécutions francaises du passé, la communauté israélite a toujours réussi à s’adapter et à garder le dynamisme qu’on lui connait. Cela dit même si aujourd’hui les tensions sont largement apaisés il y’a toujours des sursauts qui peuvent briser cette relative p

Official logo of the French Republic, used exc...

Official logo of the French Republic, used exclusively by its government and prefectures. (Photo credit: Wikipedia)

aix, l’affaire Merah ou Fofana sont la pour montrer que la paix n’est jamais acquise et que l’antisémitisme ne peut être éradiqué totalement hélas ! Et cela ramène évidemment à des relents d’un autre âge que l’on pensait définitivement disparu. Sachant que de nombreux juifs ont encore des parents qui ont connus les horreurs des camps et le régime nazi, c’est une plaie qui se ré-ouvre. La pire question que les juifs  ne devraient jamais se poser est : «  suis-je en sécurité dans mon pays ? » c’est pourtant ce qui arrive aujourd’hui parfois et c’est un constat d’échec.

Pour éviter ce genre de question face à laquelle on est mal à l’aise, il faut continuer le devoir de mémoire. L’Elite politique a compris l’importance de combattre les idées racistes et antisémites, la loi Gayssot, le discours de Chirac et plus récemment celui de François Hollande montrent la bonne voie, la France accepte les actes inqualifiables du passé, cependant ce n’est pas suffisant. Les rescapés des camps étant de moins en moins nombreux pour témoigner, il faut dès à présent penser à des solutions fortes pour continuer ce devoir de mémoire, car ce qui s’est passé lors de la seconde guerre mondiale concerne tout le peuple français toutes religions ou ethnies confondues. Les mots sont peut être fort mais il s’agit d’un devoir de mémoire universel. Dans le cadre de l’éducation des jeunes générations on évoque parfois un projet prioritaire d’enseignement de la Shoah à l’école ce qui s’avère être une nécessité car la prévention doit se faire le plus tôt possible. Toujours dans le but de rendre la France en avance sur son temps, il serait judicieux de créer une journée férié pour le devoir de mémoire pour montrer l’intransigeance du pays face à l’antisémitisme mais aussi pour montrer la position exemplaire de la France sur la scène politique mondiale face à toutes les formes de génocide ou de menace. Le travail des institutions tel que le Crif ou du Mrap sont louable et utile pour prévenir les actes douteux cependant les formes d’antisémitisme prennent des formes relativement nouvelles et il faut s’adapter a ces changements c’est pour cela qu’il faudrait créer un observatoire de l’antisémitisme, notamment à cause des dangers véhiculés sur le net.

Aider les minorités ethniques

Malgré les nombreuses avancées de la France en matière de progrès égalitaire ces dernières années le combat contre l’exclusion des minorités dans l’insertion professionnelle n’est toujours pas remporté. Les mesures pour aider les jeunes issus de l’immigration ne sont pas conséquentes et cela commence dès le début de la scolarité. Il est très important que tout les individus de la nation soient aux même niveaux et ce quelques soit leurs couleurs de peaux ou de classes sociales. Une majoration au niveau des notes scolaires devrait être attribué à chaque jeune issus de la diversité défini selon le cadre familial dans lequel il vit afin qu’il ne soit pas défavorisé par rapport aux autres enfants qui seraient plus avantagés que lui. Cette mesure serait applicable de l’école maternelle jusqu’à l’université dans l’idéal. Le redoublement est une mesure désuète et cela a été prouvé par de nombreux chercheurs, supprimer cette mesure qui handicape davantage les pépites de la nation serait un coup de boost indéniable. Etant donné que les écoles performantes sont souvent couteuses le gouvernement devrait aussi penser rendre gratuite la scolarité des jeunes de banlieues lors de leurs admissions au sein de ces établissement sélectifs, alléger les concours d’entrées avec un test de culture générale serait aussi une bonne avancée. Gratifier les meilleurs élèves avec la création d’une bourse du mérite pour les jeunes de la diversité serait très encourageant pour récompenser les élevés les plus méritants et c’est aussi une façon d’investir sur les forts potentiel qui peuplent les banlieues. Car du talent il y’en a dans les banlieues, et il faut savoir mettre en valeur ces jeunes qui vont prendre en main le pays demain. De par la diversité ethnique qui existe en banlieue la France a un fort avantage par rapport à des pays qui ne se sont pas ouvert a l’immigration. De nombreuses langues et dialectes sont parlés dans les cités c’est pour cela qu’il serait intéressant de favoriser la pratique de ces langues dans le milieu scolaire, et ainsi remplacer l’allemand et l’espagnol par des langues maternelles tel que l’arabe ou le wolof par exemple.

Pour lutter contre les discriminations l’idée d’un label métisse serait un merveilleux système pour promouvoir la diversité dans les entreprises. Ainsi les entreprises qui embaucheraient des jeunes issus de la diversité en priorité pour des postes d’encadrement pourraient obtenir un label reconnaissant cet effort. Le tout serait accompagner d’exemption fiscale et de subvention de la part de l’Etat.

Concernant le 14 juillet

LA Grande parade militaire annuel du 14 juillet sur les Champs Elysées est une énième démonstration sur le fait que la France tente perpétuellement d’oublier son passé de collaboration avec le régime nazi et de la colonisation. Cette procession militaire démodé rappelle les heures les plus sombres de l’histoire Française. Continuer a laisser parader les militaires chaque année c’est continuer a faire le jeux de la provocation militaire, de la guerre et de la domination occidentale. Si on ajoute a tout cela la chanson belliqueuse de la Marseillaise et le drapeau tricolore français, on a droit à un tableau digne de Vichy ! Combien de citoyens français se reconnaissent dans cette débauche de violence ? Honnêtement peu. C’est pour cela qu’il est temps que nos élites commencent a changer l’image du 14 juillet et à la remplacer par des valeurs qui rassemblent la France plutôt que de la diviser. Il faut créer un évènement qui ressemble a la France d’aujourd’hui, pour augmenter la fraternité entre tout les citoyens qui composent cette société. Une fête métisse et divers dans lequel chaque citoyen pourrait se reconnaître. Une procession pacifique et « trans-génération » sous la bannière du multicuturalisme et de la diversité sexuelle. Ceci est important pour  renforcer les liens qui unissent la société française.

No Mans Land, Flanders Field, France, 1919 (LOC)

No Mans Land, Flanders Field, France, 1919 (LOC) (Photo credit: The Library of Congress)

Enfin du changement!

Un grand pas en avant a été franchi par la France. Le mariage pour tous a enfin été adopté par l’hexagone, le pays des Lumières et des droits de l’homme a rejoint le club des pays qui ont légalisé le mariage homosexuel. Il était temps, ouf, la démocratie française a enfin écouté les appels de souffrance de ses enfants ! En effet, la communauté gay a longtemps été mis au ban de la société, humiliés par des intégristes religieux, déportés dans des camps durant les périodes sombres de l’histoire française, considérés comme immoraux par les homophobes en tout genre, les pires exactions et rumeurs ont été colportés sur ces individus qui n’ont pour seul erreur d’être attiré par des gens du même sexe.

Mais aujourd’hui l’opinion évolue, les mœurs aussi. On oubliera dans les années a venir les gesticulations des derniers extrémistes qui crient à l’indécence de la loi Taubira. Cela dit malgré l’avancée de cette loi qui met sur un pied d’égalité tout les enfants de la République, le combat n’est pas terminé. Il faut accompagner cette réforme sociétal, expliquer aux générations futures les bienfaits de cette loi, combattre les arguments de l’extrême droite et des réactionnaires. Et surtout il faut accompagner les heureux bénéficiaires de cette loi. C’est pour cela que le gouvernement dans un souci de continuité devrait mettre en place une structure qui protègerait et encouragerait les unions entre homosexuelles. Car il ne s’agit pas juste de créer une loi et de ne plus suivre le dossier, il est important de suivre le fond d’une réforme et d’en assurer la pérennité, voire d’être visionnaire. Il s’agit aussi d’anticiper les actes anti homos, hélas, qui vont se dérouler dans le futur suite a cette loi. Pourquoi ne pas penser à l’éventualité d’une pension pour les  nouveaux couples pour les accompagner dans cette nouvelle vie ? L’Etat pourrait mettre en place aussi des sanctions pénales pour les mairies ou édifices religieux qui refuseraient de célébrer un mariage homo. Un quota de mariage homo à célébrer chaque année pourrait être mis en place dans chaque ville selon la population totale et le dynamisme démographique de la région. Des priorités de logement pourrait être accordés a des couples homos selon les régions dans lequel ils souhaitent s’établir afin de favoriser la diversité et réduire l’écart d’uniformisation de la société.